mercredi 28 septembre 2016

Les blasons des métiers et corporations #08 - Wiener Gewerbewappen - les blasons des Guildes de marchands à Vienne en Autriche (II)

  J e reviens sur le sujet que j'avais débuté en avril dernier, en poursuivant la découverte d'une héraldique très spécifique : celle des Guildes de métiers, artisans et marchands qui avaient une activité dans la capitale autrichienne Vienne aux alentours de l'année 1900.  Ces délicieuses images d'un autre temps, sont l’œuvre du peintre héraldiste autrichien Hugo Gerard Ströhl (1851 – 1919), sans doute l'un des plus grands parmi les artistes que l'on connaisse, tous pays confondus, dans cet art. Mais je vous ai déjà expliqué tout cela dans le précédent volet (voir → ICI).


  En marge de l'héraldique, nous allons aussi apprendre davantage de l'onomastique, une branche de l'étymologie qui nous donne en particulier la provenance de nombreux noms de famille d'origine germanique, mais qui ont essaimé dans le monde entier, en commençant par ceux de deux célèbres ex-pilotes de Formule 1 :  Schumacher (Michael) et Webber (Mark) !!
  Voici donc 14 nouveaux métiers : ils sont toujours d'actualité, surtout ceux qui touchent l'alimentation et l'artisanat. D'autres ont évolué avec l'industrialisation, la mécanisation et les avancées technologiques, mais aucun n'a réellement disparu.








Schuhmacher    -  Fabricants de chaussures, cordonniers.


• Cette image surprenante avec une chaussure pointue, munie de crampons sous la semelle, accompagnée d'une flèche est assez répandue dans les emblèmes de corporations des pays germaniques. Ici on y a même rajouté une couronne, de marquis semble-t-il. Mais la symbolique de l'ensemble est difficile à cerner, par rapport au métier.






Weber  -   Tisserands

• Les trois objets de forme allongée sont des navettes, éléments plus que symboliques : indispensables pour passer les fils dans les métiers à tisser.



• L'écusson  en cœur sur le tout est aux armes de la ville de Vienne : "de gueules à la croix (pattée) d'argent". Une petite fantaisie d'artiste a été rajoutée sur la branche supérieure qui se termine en forme de pointe.




cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :

samedi 24 septembre 2016

Les blasons de la mythologie et de l'histoire antique #08 : les Amazones, 1ère partie

Suite de la série consacrée aux personnages de la mythologie : grecque, romaine, moyen-orientale, asiatique, etc... ainsi qu'aux acteurs ou héros de l'Histoire antique et du haut Moyen-Âge (période antérieure à l'an 1000) auxquels ont été attribué des armoiries dans les manuscrits ou armoriaux médiévaux et renaissance. Revoir l'épisode précédent  → ICI

Le Blason des Armoiries par Hiérosme / Jérôme de Bara (extrait) -  édition : Barthelemi Vincent, 1581 - page 154
Google Books (https ://books.google.fr/)

• TOMYRIS :
- blason selon Jérôme de Bara : "De sinople à un lion sans vilénie d'argent, couronné de laurier d'or, à une bordure crénelée d'or et de gueules, chargée de huit tiercefeuilles à queue d'argent".

♦ Bara nous donne une caractéristique étonnante dans son blasonnement : "un lion sans vilénie"... ?
En français courant, cela veut dire que l'animal n'a pas de sexe (mâle) visible, comme c'est très souvent le cas avec les animaux héraldiques pour symboliser la virilité du propriétaire des armoiries. Mais dans notre cas, c'est logique qu'il n'en possède pas, puisque notre héroïne guerrière est une femme ...
♦ Pour être exact, l'auteur aurait dû par contre préciser : " ...à une bordure de gueules et... un orle crénelé d'or".

"La reine Tomyris se faisant apporter la tête de Cyrus"
 tableau de Mattia Preti (1670/72) - collection privée
Tomyris est une reine légendaire des Massagètes, célèbre pour avoir mis fin au règne de Cyrus le Grand, roi Achéménide et fondateur de l’Empire perse. Elle est considérée comme la dernière reine des Amazones.

○ Les Amazones, dans la mythologie grecque, sont un peuple de femmes guerrières.

• Dans le peuple des Amazones, qui ne reconnaissent que la filiation matriarcale, seules gouvernent les femmes. Si, dans certains récits, des hommes sont tolérés près d’elles, ce sont des serviteurs. Les Amazones ont toutefois quelques relations avec le sexe opposé, pour avoir des enfants. On raconte généralement que, dans ce but, elles attaquent une fois par an les peuples voisins pour y trouver des hommes, avec lesquelles elles s’accouplent uniquement la nuit. Des naissances, elles ne gardent que les filles,  les garçons sont renvoyés ou tués, ou encore mutilés et rendus aveugles. Les Amazones manipulent l'arc, aussi se brûlent-elles le sein droit pour faciliter cet exercice (« amazones » signifie en grec « celles qui n’ont pas de sein »). Elles révèrent la déesse de la chasse Artémis, guerrière et chasseresse comme elles ; selon la légende, ce sont elles qui ont instauré son culte.

combat d'Hercule contre les Amazones,  peinture sur un vase grec

cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :

mardi 20 septembre 2016

Histoire parallèle : septembre 1916-2016 :
les villes décorées de la Légion d'Honneur : Verdun

blason de Verdun extrait de "Armoiries des villes
 de France - Blasons des préfectures et des sous-
préfectures" de Robert Louis -  préface de Jacques
Meurgey de Tupigny (1891-1973)
(éditions Girard, Barrère et Thomas , Paris - 1949)
 • Verdun est une ville du nord-est de la France, en Lorraine (plus exactement en région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine), dans le département de la Meuse, traversée par la rivière "la Meuse". Sa population était en 2013 de 17 923 habitants.

  • La ville possède une cathédrale remontant au Xe siècle. La cité antique fut appelée, à l'époque romaine Verodunum ou Virdunum. En 843, les trois fils de Louis Ier, empereur du Saint Empire romain germanique, signèrent le traité de Verdun, par lequel ils se partageaient l'empire de Charlemagne. Gouvernée par ses évêques, ville libre impériale au XIIIe s., elle subit le sort des Trois-Évêchés et l'annexion à la France en 1552. La place sera fortifiée par Vauban.

• Ce sont la cathédrale et les fortifications médiévales qui composent le blason de la ville depuis 1898 :  "D'azur à la cathédrale avec quatre flèches, derrière laquelle s'élève un beffroi, entourée de murailles crénelées, le tout d'or, maçonné de sable".
ancien blason de Verdun, accordé pendant le règne de Louis XIV après que la ville et l’évêché de Verdun soient définitivement
rattachés au royaume de France en 1648 par les traités de Westphalie. Ce blason sera abandonné avec la Révolution et la suppression des armoiries en 1790
  Extrait de l'Armorial de La Planche - Volume 2 - Parlement de Metz - chapitre troisième (1669)
• Verdun devint un important poste de défense face à l'Allemagne. Elle fut prise par les Prussiens en 1792, puis à nouveau en 1870 pendant la guerre franco-allemande (1870-1871). En 1916, au cours de la Première Guerre mondiale, la longue et sanglante bataille de Verdun, entre les troupes françaises et allemandes, fit rage dans la ville et aux alentours. Verdun fut également fortement endommagée en 1944 par les bombardements allemands de la Seconde Guerre mondiale. 
les armoiries de Verdun avec la Croix de Guerre 1914/1918
et la croix de la Légion d'Honneur suspendues sous l'écu
composition moderne de Bruno Fracasso (www. araldicacivica.it/)
•  À l'ouest de la Meuse et au nord du canal des Augustins s'étend la Ville-Haute, dominée par la cathédrale. La Ville-Basse s'étend sur la rive droite de la Meuse. À l'ouest. de la Ville-Haute s'étend la citadelle, dont les immenses souterrains ont constitué de puissants abris pendant la Première Guerre mondiale. Verdun reçoit chaque année de nombreux visiteurs. La ville possède quelques industries (petite métallurgie, laiterie, textile, etc.). Elle est toujours siège d'un Évêché et un chef-lieu d'arrondissement du département de la Meuse.

cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :

samedi 17 septembre 2016

Top 15 des plus grandes villes du Royaume-Uni avec leurs blasons

Voici un nouveau volet à cette série consacrée à la découverte de l’héraldique civique, à travers divers pays du Monde. Le principe du "Top xx" très répandu dans les médias et sur Internet, pour recenser ce qui est le plus remarquable dans un domaine particulier est ici adapté à cette thématique. Il nous permettra de découvrir ou réviser la géographie d'un pays choisi de manière aléatoire et dans le même temps de s'intéresser à sa diversité en matière de blasons et emblèmes municipaux.

 Nous revenons en Europe avec ce vieil état composé de plusieurs nations et qui vient de quitter l'Union Européenne pour vivre sa partition en solo :  je vous invite à parcourir : le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord.






Voici donc les 15 plus grandes villes en terme de population, en-dehors des agglomérations ou des aires urbaines élargies (chiffres : 2014 - estimations). 
 J'ai tenté de donner à chacune sa place actuelle dans l'organisation administrative du Royaume-Uni, tâche plutôt difficile tellement le découpage de l'état et de ses nations constitutives (Angleterre, Pays de Galles, Écosse, Irlande du Nord) est devenu complexe depuis 1974, avec la suppression ou la refonte progressive des anciens comtés historiques (tels que le Bedfordshire, le Yorkshire, le Middlesex, le Sussex, l'Argyll, etc...).






1 - LONDRES / London

capitale du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord (United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland)  -  8 618 550 habitants
Cette ville a fait l'objet d'un article plus détaillé → ICI






2 - BIRMINGHAM

ville de la région des West Midlands et chef-lieu du comté métropolitain des West Midlands  - 1 115 790 habitants






3 - GLASGOW

ville d'Écosse, chef-lieu du district (council area) de City of Glasgow  - 596 520 habitants






4 - LIVERPOOL

ville de la région de North West England et chef-lieu du comté métropolitain de Merseyside  - 559 110 habitants








5 - BRISTOL

ville de la région de South West England et chef-lieu du comté cérémoniel (ceremonial county) de Bristol - 553 370 habitants







6 - SHEFFIELD

ville de la région de Yorkshire and the Humber et chef-lieu du comté métropolitain de South Yorkshire  - 529 540 habitants






7 - MANCHESTER

ville de la région de North West England et chef-lieu du comté métropolitain de Greater Manchester - 527 790 habitants









8 - LEEDS

ville de la région de Yorkshire and the Humber et chef-lieu du comté métropolitain de West Yorkshire  - 487 400 habitants









9 - ÉDIMBOURG / Edinburgh

capitale historique de l'Écosse,  chef-lieu du district (council area) de City of Edinburgh  - 474 310 habitants






10 - LEICESTER

ville de la région des East Midlands et chef-lieu du comté cérémoniel (ceremonial county) du Leicestershire  - 452 790 habitants







11 - BRADFORD

ville de la région de Yorkshire and the Humber dans le comté métropolitain de West Yorkshire   - 355 440 habitants









12 - COVENTRY

ville de la région des West Midlands, dans le comté métropolitain des West Midlands - 345 660 habitants 
Cette ville a fait l'objet d'un article plus détaillé sur le thème de l'éléphant ICI








13 - CARDIFF

capitale historique du Pays de Galles et chef-lieu du comté cérémoniel (ceremonial county) de South Glamorgan - 342 990 habitants 









14 - BELFAST

capitale de l'Irlande du Nord et chef-lieu du comté d'Antrim  - 333 870 habitants









15 - NOTTINGHAM

ville de la région des East Midlands et chef-lieu du comté cérémoniel (ceremonial county) du Nottinghamshire  - 297 810 habitants








sceau de Bristol,  v. 1300
• Cette petite sélection de villes britanniques qui ont évidemment une longue et riche histoire, ont adopté officiellement à un moment donné des armoiries, qui ont peu à peu évolué, jusqu'à nous parvenir aujourd'hui tels que nous les voyons ici. Les plus anciennes armoiries trouvent leur origine dans les symboles imprimés sur les sceaux médiévaux utilisés par les magistrats des cités.  Pour les villes de Londres, Bristol, Edimbourg et Coventry: ont connait des sceaux des XIVe et XVe siècles reproduisant les figures primitives de leurs futurs blasons : épée de Saint-Paul, châteaux, navires, éléphant.

sceau de Coventry, XIVe siècle




 •  D'autres villes : Leeds, Leicester, Nottingham, dont les symboles primitifs sont certainement aussi anciens que les précédents, ont été plus tard recensées minutieusement et officiellement par des hérauts missionnés par la couronne d'Angleterre et d'Irlande au cours des XVIe/XVIIe siècles, par un système de visites dans les divers comtés, et provinces les plus reculées appelé "Heraldic visitations".

  Par la suite, au cours des siècles se sont définies ou affirmées les couleurs (émaux) définitives et les armes ont été enrichies d'ornements extérieurs, la plupart au cours du  XIXe siècle. Tous ces ornements extérieurs, parfois extrêmement surchargés, allant jusqu'à nuire à la lecture du blason lui-même sur l'écu qui est pourtant l'élément essentiel, est une caractéristique des valeurs de l'héraldique britannique, prônée et défendue par les hérauts et experts du célèbre College of Arms de Londres.


• Une autre période remarquable se situe au XIXe siècle qui est la fameuse époque de la Révolution industrielle avec une croissance exponentielle de l'Empire britannique, qui a fait passer de très nombreux petits bourgs ruraux des Îles britanniques au stade de grandes villes et grands centres industriels, avec une population qui explose dans des proportions énormes. C'est pourquoi les dernières villes de ce sujet ont reçu leurs armoiries à cette époque : Liverpool en 1797, Birmingham en 1838, Manchester en 1842, Bradford en 1847, Glasgow en 1866, Sheffield en 1875, Belfast en 1890, et la dernière : Cardiff en 1906.

• La spécificité de l'héraldique civique britannique se trouve dans les heaumes qui timbrent les écus d'armoiries, qui est normalement reservés aux personnes, à la chevalerie ou à la noblesse. Ces casques de formes diverses, selon le rang de leur possesseur, sont complétés par l'adjonction du classique bourrelet des "crests" (cimiers) et parfois encore de la couronne murale qui elle représente le pouvoir municipal (villes n° 2, 11 et 13).







Si vous désirez encore en savoir plus sur le pays : le Royaume-Uni et ses emblèmes, c'est → ICI

A bientôt , pour un nouveau pays ...
Et pour revoir le pays précédent ...  → ICI





          Herald Dick